Retour sur le Festival Ciné Droit Libre à Abidjan

Les droits de l’homme étaient au coeur du festival de films documentaires organisé à Abidjan, du 13 au 18 novembre 2017, par l’association Ciné Connexion et la Fondation Friedrich Naumann, partenaire pour la 3ème année consécutive.

« Migration : Loin de chez moi» était le thème retenu pour cette édition. Le phénomène de la migration irrégulière ayant atteint des proportions alarmantes, cette thématique devenait inévitable cette année selon les organisateurs de l’évènement. D’ailleurs, le président de Ciné Connexion, M. Yacouba Sangaré, a promis de l’inclure dans la prochaine édition, en plus du thème qui sera officiellement retenu.

Le public qui a répondu présent cette année a eu droit à un programme conçu autour de trois grands axes : la formation, la sensibilisation et le divertissement.

Formation 

Atelier des médias

L’atelier des médias s’est tenu les 14 et 15 novembre dans les locaux de la Fondation à Abidjan. Animé par des professionnels des médias et des experts impliqués dans la lutte contre l’immigration irrégulière, il visait à renforcer les capacités des hommes et des femmes des médias sur les questions migratoires, afin que ceux-ci puissent mieux traiter et relayer les actions menées lors des campagnes de lutte contre ce fléau. Ce sont donc une trentaine d’hommes des médias constitués de  journalistes, de blogueurs et de responsables de communication de certains ministères qui ont bénéficié de cette formation.

Master Class

La master class dédiée aux jeunes cinéastes avait pour objectif de leur apprendre les techniques de réalisation des films documentaires sur la question des droits de l’homme. Vingt étudiants en cinéma ont ainsi eu l’opportunité de prendre part à ce module de formation animé par le réalisateur allemand Florian Hoffmann.

Sensibilisation

Plusieurs communes et espaces ont reçu l’équipe de sensibilisation à l’occasion de projections de films : le Goethe Institut, la Fondation Friedrich Naumann, mais aussi des écoles et des places publiques d’Abobo et Marcory.

De nombreux films étaient au programme de cette 9ème édition du festival Ciné Droit Libre dont une majorité traitait de la thématique de la migration irrégulière. D’autres sujets ont été abordés tels que l’excision, les droits des détenus, les enfants en conflit avec la loi. Le festival a également marqué la grande première de « Burkina Rising », un film de Lara Lee qui traite de la révolution qui a entrainé le départ du Président Blaise Compaoré. Après les diffusions des films, la parole était donnée aux populations pour des débats ouverts qui permirent aux spectateurs de poser des questions mais aussi partager leurs avis sur les sujets traités.

L’apéro des jeunes sur la migration a ouvert le bal des projections à la Fondation Friedrich Naumann avec « Aware Migrant » et « Traversée clandestine ».

Divertissement

Cette 9ème édition du festival Ciné Droit Libre a également misé sur l’art et le divertissement comme moyen de sensibilisation.

Concours d’art oratoire

Le festival a débuté avec un concours d’art oratoire le samedi 11 novembre 2017. Ce sont au total huit finalistes dont trois slameurs qui se sont affrontés avec des mots pour dénoncer les maux de ce fléau qui mine la jeunesse africaine. Cette manifestation a enregistré la présence de M. Issiaka  Konaté, Directeur Général des Ivoiriens de l’Extérieur, et de M. Yacouba Sangaré, Président de Ciné Connexion.

Avec 173,5 points sur 200, c’est Aubin Kouamé N`guessan Maxime dit Kong (garçon à péage) qui a retenu l’attention du jury présidé par Dr Adiko Anouman. Aubin Kouamé est étudiant à l’Université Félix Houphouët Boigny et membre de “l’école des poètes“. Il a raflé le premier prix du concours avec « Sauf moi », un texte très émouvant qui retrace les horreurs de ce voyage en enfer. « Nos frères ne voient pas l’importance de la terre sur laquelle ils sont. Ils pensent que la réussite c’est forcément là-bas », dénonce le slameur. Mamoudou Nour Bakayoko (dit Nour le poète) et Bienvenue Katcha Coulibaly (dit C’Katcha) ont quant à eux occupé les 2ème et 3ème places de ce concours avec respectivement 166 et 161 points.

Exposition photo

Une exposition photo relatant le parcours des migrants de leurs pays d’origine jusqu’au bord de la méditerranée a été présenté au public du Goethe Institut du 15 au 18 novembre.

Notons que durant le Festival, des artistes musiciens tels que Kajeem et Fadal Dey ont égayé le public.

Recommandations

M. Issiaka Konaté, Directeur Général des Ivoiriens de l’Extérieur, présent à plusieurs activités lors de ce festival a fait des propositions dont les principales sont les suivantes :

  • Concernant le concours d’art oratoire, il suggère que les textes produits par les meilleurs candidats soient utilisés comme des outils de sensibilisation. Il a fait la promesse d’adresser un courriel à RFI pour que les textes des meilleurs slameurs puissent être entendus à travers le monde.
  • Lors de l’atelier des médias, le directeur de la DGIE a souhaité que les journalistes créent un observatoire de la migration afin de faire entendre leurs voix et apporter ainsi un appui soutenu à cette lutte.
  • Il a également proposé la création de comités régionaux à travers les 31 régions de Côte d’Ivoire.

 

Emma TEHI (journaliste stagiaire à la FNF)

Retour sur le Festival Ciné Droit Libre à Abidjan